Le conflit s’envenime entre Leslie Benzies et Rockstar Games

Cela risque bien de devenir l’un des plus gros procès du jeu vidéo dans les mois à venir et celui qui risque de faire couler beaucoup d’encrer et qui va sans doute connaitre beaucoup de rebondissements. Depuis 2016, Rockstar Games et Take Two Interactive sont dans une lutte judiciaire face à son ancien président du studio à Édimbourg : Leslie Benzies.

Rockstar Games remporte une première manche face à Leslie Benzies

Leslie Benzies, c’est plus de 15 ans de services au sein de Rockstar. En 2001, il prend la tête de Rockstar North et il supervisera l’ensemble des jeux du studio à savoir les Grand Theft Auto et les Manhunt. Mais en 2016, Rockstar Games NYC annonce le départ de son employé. Trois mois plus tard, ce même membre attaque Rockstar et Take Two en justice pour manipulation et impayée de royalties.
En avril 2018, Rockstar et Take Two remportaient une première manche face à Benzies devant la Cour suprême de New York. Benzies voyait 12 de ses 18 demandes être rejetées. Depuis, tout était bien calme, jusqu’à cette semaine. 

Cette fois, c’est Take Two qui vise son ancien employé en envoyant une lettre au tribunal pour dénoncer les agissements de Leslie Benzies et de ses nouvelles équipes. La maison mère de Rockstar accuse Leslie Benzies et sa société Royal Circus Games d’avoir contacté des employés de Rockstar pour les convaincre de quitter la firme étoilée afin de rejoindre les rangs de l’entreprise concurrente. Pour faire un peu de pression, Benzies aurait même fait un peu de pression en se servant de ses connaissances sur certains employés en leur parlant de leurs pratiques confidentielles personnelles et professionnelles pendant la période où il travaillé chez Rockstar. 

Pire encore, Take Two accuse la société Royal Circus Games d’avoir essayé de créer la confusion et tromper les consommateurs avec les initiales de la société (RCG) afin de faire croire qu’il s’agissait d’un studio de Rockstar Games (RSG). Mais pour cette accusation, elle ne pourra sans doute pas tenir puisque la société de Leslie Benzies a changé de nom en fin 2018 pour devenir “build a rocket boy“.

Plus que jamais, la tension semble être assez forte entre les deux camps, même si le vent semble de plus en plus tourner ne faveur de Rockstar et Take Two. Il ne reste plus qu’à surveiller l’évolution du procès pour voir si ces accusations sont retenues et validées ou non. Si c’est le cas, les choses pourraient se compliquer pour notre ami Leslie Benzies…

Bonne journée à tous sur Rockstar Mag’ !

Source : The Scotsman

Privacy Preference Center