Un développeur réussit à contourner une réclamation de Take-Two pour violation de droits d’auteur

En février, Take-Two Interactive, la société mère de Rockstar Games, interdisait une réécriture open-source du moteur de jeu de GTA III et GTA Vice City alors que le projet venait d’être terminé et publié officiellement le 14 février 2021 sur la plateforme GitHub.

Take-Two contre GitHub

Au même titre que l’affaire OpenIV en 2017, le projet fut retiré du site GitHub peu de temps après via une réclamation DMCA de la part de Take-Two Interactive, détenant les droits d’auteur de la licence Grand Theft Auto. Pour faire simple, une réclamation DMCA (Digital Millennium Copyright Act) est une loi américaine qui couvre les droits et obligations des détenteurs de documents protégés par des droits d’auteur si les droits ont été violés en ligne.

Qu’est-ce que la rétro-ingénerie ?

Ce travail est le fruit d’un long processus appelé “rétro-ingénierie” du jeu original afin de le réécrire intégralement de façon open-source. Pour comprendre ce processus, utilisons cette métaphore comme exemple : une personne s’inspire d’une œuvre musicale dont il ne possède ni les droits ni la partition pour écrire la sienne. La musique finale sonne comme l’originale sans pour autant être la même. C’est sur ce flou juridique qu’est basée l’interdiction de Take-Two sur ce genre de rétro-ingénierie.

Quelles sont les faits de cette nouvelle affaire ?

Mais Theo, développeur néo-zélandais, a résisté face à l’éditeur et a réussi à remettre en ligne le code source rétro-conçu. Une semaine après que le code a été rendu public sur GitHub, Take-Two Interactive avait publié un retrait DMCA affirmant que le code source inversé contenait « des matériaux protégés par des droits d’auteur appartenant à Take-Two ».

Theo a expliqué dans sa demande que le code ne contenait aucune œuvre originale créée ou détenue par Take-TwoEn déposant cette contre-réclamation auprès de la plateforme GitHub le mois dernier, Theo a réussi à rendre le code source dérivé de nouveau disponible au téléchargement.

Quelle réponse apportera Take-Two ?

En revanche, les règles DMCA stipulent que le contenu contesté doit être restauré dans les 14 jours suivant la réception d’un contre-avis. À ce stade, si Take-Two souhaite que le code source soit à nouveau supprimé de la plateforme, cela deviendrait alors une affaire juridique entre les deux parties. Theo déclare comprendre les risques qui peuvent en découdre mais ne s’attend pas à ce que l’éditeur poursuive cette affaire devant les tribunaux.

Bien qu’il soit fort probable que Take-Two puisse contester la démarche de Theo devant un tribunal, il s’agit toujours d’une belle victoire pour la communauté du modding autour des jeux Rockstar Games.

Nous vous souhaitons une bonne soirée sur Rockstar Mag’ !